Faire garder Bébé

Il vaut mieux se préoccuper de la garde de Bébé le plus tôt possible. En effet, quel soulagement quand ce sujet là est résolu. En outre, quelque soit l’endroit où vous habitez, cela peut-être problématique : en ville car il y a beaucoup de demande et à la campagne car il y a peu d’offre.


En gros, vous avez le choix entre la crèche, une nourrice et une nourrice à domicile. Ca peut-être pas mal de panacher plusieurs modes de garde, pour faire diminuer les prix et sociabiliser votre enfant.


La crèche :

C’est le mode de garde le moins coûteux. Votre enfant est au milieu d’autres enfants et se sociabilise très vite. Cependant, c’est un univers bruyant et si Bébé est malade, vous risquez de ne pas pouvoir le mettre à la crèche. Si vous avez des horaires fixes, type bureaux, c’est une bonne solution.

 

La garde à domicile :

C’est un choix intéressant, car Bébé reste dans son univers et que la garde d’enfants peut aussi vous faire du ménage, du repassage ou de la cuisine. Par contre, c’est cher car il faut la payer au SMIC horaire et payer les charges en plus (ce qui en 2008 revient à peu près à 15 € de l’heure). Vous pouvez cependant déduire 50% de ces salaires de vos impôts (avec un plafond toutefois). Les chèques emplois service vous éviteront de faire des fiches de paie. Vous pouvez les acheter auprès de votre banque si votre employeur ne vous en propose pas.

C’est une bonne solution si vous avez un bon salaire. Vous pouvez panacher avec la crèche pour faire diminuer un peu le coût. Cela peut devenir intéressant si vous avez plusieurs enfants à faire garder car le salaire reste identiques. J'ai lu sur certains sites que dans les grandes villes des parents se partageaient une nourrice à domicile.

 

L’assistante maternelle :

C’est le nouveau nom de la nourrice, qui garde les enfants chez elle. Pour devenir assistante maternelle, elle doit suivre une formation et recevoir un agrément départemental. Cet agrément limite le nombre d’enfants qu’elles peuvent garder.


Pour avoir la liste des nourrices agréées près de chez vous, adressez-vous à votre mairie ou au Relai Assistantes Maternelles le plus proche (personnellement, j’ai eu un mal fou à trouver le RAM proche de chez moi, inconnu de google et de l’annuaire, la personne n’y travaille que 2 demi journées par semaine, mais c’est une source d’information ULTRA précieuse).


Le RAM pourra vous informer des démarches à faire et de la façon de faire les contrats et de calculer les salaires. Pour avoir passé en cumulé plusieurs heures au RAM à essayer de comprendre tout cela, je vais essayer de vous fournir les informations.


Trouver la nourrice : une fois munie de la précieuse liste, prenez contact. Ne traînez pas, certaines (les bonnes) peuvent être réservées avant la conception (c’est du vécu !). Personnellement, je m’étais rendue chez une commerçante de mon quartier pour qu’elle me conseille (ou déconseille) certaines, ce qui m’a donné un ordre de préférence pour passer mes appels. Si vous n’avez pas la liste (car certaines grandes villes refusent de donner la liste avant la naissance de votre enfant, faite la sortie des écoles de votre quartier !

Prenez rendez-vous et allez chez elles. Si elles ne vous le proposent pas spontanément (ce qui n’est pas bon signe), demandez à visiter la maison (ou au moins les pièces dans lesquelles l’enfant sera gardé, changé et dormira).
Voici une petite liste non exhaustive des questions à poser :
• expérience
• agrément pour combien d’enfants
• comment elles s’occupe de l’enfant : où le change-t-elle ? Où dort-il ? Sort-elle ? Doit-elle aller à l’école chercher d’autres enfants ? Par quel moyen ?
• animaux domestiques
• fumeuse
• quand prend-elle ses congés ?
• conditions de garde (certaines demandent à avoir le bébé un nombre minimal d’heures par semaine et/ou par mois).
• Conditions de repas quand Bébé commence à manger (bien souvent vous fournissez jusqu’à ce que Bébé mange comme tout le monde et après elle prend un forfait si elle lui prépare à manger).
• Matériel à fournir (chaise haute, poussette, transat, …) car toutes ne sont pas équipées.
• Salaire (parler en net puisque vous la payerez en net).
Contrat de travail : certains départements ont mis en place un contrat pré établi, comprenant toutes les clauses à remplir (congés, jour fériés, personnes habilités à reprendre l’enfant, attestations d’assurance, autorisations médicales…). Il n’y a plus qu’à remplir les cases, parapher et signer. Essayer de vous en procurer 2 exemplaires, un pour vous et un pour la nourrice.
Précontrat : lorsque vous vous êtes mis d’accord, vous pouvez signer un pré-contrat d’embauche. Vous y stipulez la date de début de contrat et la rémunération. En cas de rupture, la partie qui rompt doit un demi mois de salaire à l’autre. Vu que l’on s’y prend à l’avance, c’est sécurisant.


Calcul du salaire : les assistantes maternelles doivent être mensualisées (payées sur 12 mois) et les congés payés doivent être intégrés au salaire.Comme cela peut paraître compliqué et que nous n’avons pas tous été à Polytechnique, je vais vous donner un exemple.


Il faut d’abord définir le besoin en temps de garde sur une année et le diviser par 12 mois. Pour cela, il faut déterminer les semaines de « non garde », à savoir vos congés.
Admettons que vous preniez 3 semaines en août, 2 semaines en décembre et que votre nourrice veuille prendre 2 semaines en mai. Cela fait 7 semaines de « non garde » et dont 45 semaines travaillées.
Il faut ensuite définir vos besoins hebdomadaires de garde. Admettons que vous travaillez les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8 h à 18 heures. Cela fait 40 heures par semaine.
Vous allez donc avoir 40 heures par 45 semaines soit (40x45) 1800 heures sur l’année, soit (1800/12) 150 heures par mois.
Admettons encore que vous payiez votre nourrice 3 € net de l’heure. Vous allez devoir la payer (150x3) 450 € par mois. Ce à quoi vous allez devoir ajouter 10% de congés payés, soit dans notre exemple, 45 € par mois.
Il faut payer la nourrice tous les mois, ce salaire de base, puisque vous avez déduit les semaines de non garde.


La mensualisation peut varier un peu : il peut y avoir des heures en moins si votre enfant et malade et des heures en plus si vous en avez besoin :
* Heures en moins : vous pouvez déduire jusqu’à 10 jours par an, en cas de maladie de l’enfant, si vous fournissez un certificat médical dans les 48 heures.
* Heures en plus, vous pouvez ajouter des heures en cas de besoin. A partir de la 46e heure par semaine, vous devez payer en heures supplémentaires. Ce montant est à négocier avec la nourrice. L’usage est de prendre 25% de plus (soit 3,75 € dans notre exemple). Donc si elle vous demande moins, tant mieux pour vous, si elle demande plus, essayez de la ramener à ces 25%.

Important : le minimum hebdomadaire fixé avec la nourrice est dû. Donc il vaut mieux prévoir un taux hebdomadaire à minima et avoir à rajouter des heures, car (à moins de maladie et dans la limite de 10 jours) vous ne pourrez pas en enlever. Même s’il y a un jour férié dans la semaine.
Dans notre exemple, si vous faites garder votre enfant 38 heures une semaine et 42 heures la semaine suivante, vous ne pourrez pas linéariser. Vous devrez payer 40 heures la première semaine et 42 heures la deuxième semaine. Ces deux heures ne vous coûtent pas plus cher tant que vous êtes en dessous de 46 heures et c’est intéressant pour la nourrice car ces heures sont défiscalisées (merci Sarkozy).


Indemnités d’entretien : c’est une indemnité que l’on paie à la nourrice pour compenser ses frais d’électricité, de chauffage, d’eau, de ménage, …

Ces indemnités ne sont dues que lorsque l’enfant est présent et leur montant varie en fonction du nombre d’heures de présence de votre enfant. Il faut donc faire un détail à la fin de chaque mois.

Ces indemnités sont indexées au SMIC horaire et leur montant change donc quand le taux du SMIC change. Je vais vous donner le taux valable en novembre 2008 pour donner un exemple. Renseignez vous auprès du RAM pour avoir le taux en vigueur.
Il faut compter :
- 2,69 € par jour si l’enfant est présent entre 0 et 8 heures par jour chez la nourrice.
- 2,81 € par jour pour 9 heures
- + 0,30 € de l’heure à partir de la 10e heure.


Pour reprendre notre exemple, vous payerez pour 4 semaines de 40 heures : 450 € + 45 € + (4 semaines x 4 jours de 10 heures à 3,11 €) 49,76 = 544,76 € par mois.

 

Aides de la CAF : la CAF vous versera une contribution qu’ils appellent « le complément du libre choix de mode de garde ». Cette contribution est variable selon le salaire mais n’a pas de plafond. Pour un enfant de moins de 3 ans, le montant minimal versé est de 162,20 € par mois. Donc votre nourrice ne vous coûtera que 382,56 € (voire moins si vos ressources correspondent à un niveau inférieur). Et vous pouvez encore déduire 50% de cette somme de vos impôts sur le revenu.


La CAF prend aussi en charge toutes les charges. C’est pour cela qu’il faut parler en salaire net.


Toutes vos démarches sont gérées par le Pajemploi. Cela vous permet de faire le bulletin de salaire (en ligne) et donc de faire automatiquement votre déclaration (pour la prise en charge des charges salariales et le versement du « complément du libre choix de mode de garde »).


Vous devez donc remplir un formulaire pour faire cette demande de « complément du libre choix de mode de garde ».

 

Autres petites choses à savoir :
- Il faut laisser votre enfant plus de 16 heures par mois pour bénéficier de ces prestations.
- Heures d’essai : la nourrice vous conseillera de laisser votre enfant quelques heures avant que vous ne repreniez le travail pour habituer Bébé à sa nourrice et son environnement. Ces heures doivent être rémunérées. S’il y en a moins de 16 et si elles sont faites avant le début du contrat, rajoutez les en heures supplémentaires sur le premier bulletin de salaire, afin de toucher des prestations.
- La nourrice a droit à 5 semaines de congés (5 semaines de 6 jours ou 30 jours). Si la nourrice garde plusieurs enfants (et donc a plusieurs employeurs), elle peut imposer les dates de 3 semaines de congés en été et une semaine en hiver.
- Médicaments : la nourrice ne peut donner des médicaments à Bébé que si elle a une ordonnance. Donc, demandez à votre médecin qu’il vous fournisse une ordonnance pour du paracetamol avec les doses à donner en cas de fièvre de Bébé.
- Certaines municipalités ont un système intéressant : ils ont un "staff" de nourrices. C'est eux qui vous trouvent la nourrice, c'est par leur intermédiaire que vous réglez (donc pas de relation d'argent avec la nourrice) et en cas de maladie ou de congés, une nourrice remplaçante prend le relai. Naturellement c'est un peu plus cher mais ça offre quelques avantages...

 

Mon amie Sylvie (que vous devez commencer à connaître si vous avez lu ce site en entier !) est maman d’un petit Thomas depuis septembre 2007 et m’a apporté les commentaires suivants :

Concernant l’assistante maternelle :
1- Il faut se sentir à l'aise avec elle et ne pas hésiter à lui dire si quelque chose ne nous convient pas.

2- Il faut bien préciser des petits détails. Par exemple : moi je dépose Thomas à 7h15 les matins quand je bosse. Du coup, il était important qu'elle accepte que Thomas arrive en pyjama (même à 1 an) et que ce soit elle qui donne le petit-déj, car c'est déjà assez dur de réveiller le petit chéri comme ça, alors si en plus il faut le lever une demi heure plus tôt pour le nourrir et l'habiller alors que lui ne demande qu'une chose c'est de dormir, ça devient vite un cauchemar tous les matins.

3- Demander à voir si elle a des jouets : pour tous les âges, pas trop vétustes (pas ceux des ses enfants qui ont 30 ans !), en état de marche (piles?), pour les deux sexes (certaines nourrices préfèrent avoir des filles ou des garçons : le demander clairement).

4- Lui demander si elle fait partie d'une association de nourrices. Ca peut être intéressant, car comme ça Bébé peut voir d'autres enfants et avoir quelques activités (selon son âge bien sûr). Thomas fait ainsi de l'éveil musical tous les vendredis matins, et comme en Bretagne il pleut parfois, c'est sympa d'avoir des jeux en intérieur dans une grande salle. En plus, si la nourrice à un problème pour garder Thomas (maladie, congé pas en même temps que nous), elle peut trouver une autre nourrice qu'il a du coup déjà vue.

5- Pour nous tout s'est bien passé, mais il ne faut pas hésiter si cela ne va pas à chercher une autre nourrice et à changer (j'ai des copains qui ont essayé trois nourrices avant de trouver la bonne). Bon à savoir: pour un contrat de moins d’un an, le préavis est de 15 jours et non d’un mois.

6- Dur dur de faire le contrat et d'établir le premier salaire, heureusement il y a les relais parent assistante maternelle qui sont là et vraiment un coup de fil, un rendez vous ou une réunion, et tout est clair. Même en cas de doute après la mise en route, il ne faut pas hésiter à les appeler.

7- On trouve souvent les nourrices par bouche à oreille, ainsi la liste "officielle" donnée par le relai n'était pas du tout à jour car les nourrices ne font pas toujours l'effort de l'informer.
Nous,c'est par une voisine (nourrice mais qui ne fait que du péri scolaire, zut !) que nous avons eu les coordonnées de l'association de nourrices, et du coup aussi les coordonnées de notre nourrice. Nous avons trouvé notre nourrice dès le mois de juillet 2007, et ça soulage mine de rien de savoir à l’avance que Bébé sera gardé par quelqu’un qui nous convient "a priori".

8- Enfin quelque soit le mode de garde, il ne faut pas oublier que nos petits chéris sont parfois un peu comédiens... Ainsi après les vacances d'été, Thomas a pleuré tous les matins pendant deux semaines quand je le laissais chez la nourrice, chose qu'il n'avait jamais faite avant. Du coup, c'était dur de le laisser, puis je me suis vite rendue compte que dès qu'il ne me voyait plus, il arrêtait de pleurer, et le soir, après être venu en courant se coller à mes jambes, il filait vers la salle de jeu et essayait de grappiller 5 minutes pour jouer avec cette magnifique tortue géante qui clignote et qui chante !
Maintenant tout est rentré dans l'ordre et Thomas, dès que je le pose par terre chez la nourrice, part en courant dans la salle de jeu, revient avec un "trésor" et me fait "au revoir maman". Pour un peu, il me pousserait dehors !

9- Ce n'est pas être une maman indigne que de laisser Bébé chez la nounou (ou à la crèche) alors que l'on ne travaille pas ! Ca permet d'aller chez le coiffeur, le médecin, faire les courses tranquillement, aller au resto avec son mari un midi (parce que le soir, on est crevé et qu'en plus il faut trouver une baby sitter, que toute la soirée on aura les yeux rivés sur son portable pour être sûre de ne pas louper un appel de ladite baby sitter, du coup le romantisme en prend un coup, sans parler du prix de la baby sitter alors que la nourrice est payée de toute façon) ou tout simplement se reposer un peu.

10- Si un deuxième bébé s'annonce, il faut le dire rapidement à la nounou pour voir si éventuellement elle pourra garder les deux, car devoir déposer les bébés à deux endroits différents, c'est la galère ! Donc le mieux est de la prévenir tôt. Ce qui n'empêche pas de refaire des dossiers de crèche et/ou de prospecter d'autres nourrices.


Concernant la crèche :
1- Le problème c'est que l'on a une réponse un peu tardive, je m'explique : moi je reprenais le 8 janvier 2008. J'ai fait des préinscriptions pour Thomas :
     - à la crèche militaire en mars 2007 : on m'a fait comprendre que nous n'avions quasiment aucune chance (étant deux officiers supérieurs). Début novembre, je reçois une lettre de refus ; fin novembre, une autre lettre comme quoi finalement on est sur liste d'attente et le 20 décembre, un coup de téléphone pour me dire que finalement mon fils est accepté. Il est évident que je n'avais pas osé attendre le 20 décembre pour savoir comment faire garder Thomas.
     - à la crèche municipale qui est à 1km de la maison en mai 2007. Aucune nouvelle jusqu'au 3 janvier 2008 9h00 où je reçois un coup de téléphone pour me dire que Thomas peut venir dès le matin en question et qu'ils ont une place à plein temps pour lui. Comment des parents qui bossent peuvent-ils attendre 5 jours avant la reprise du travail pour trouver un mode de garde pour leur enfant ?

2- Ensuite si Bébé est malade, ils n'en voudront pas et vous voilà à 7h15 avec Bébé sans moyen de le faire garder (alors qu'en plus il est à peu près sûr que c'est à la crèche qu'il a récupéré sa maladie !)

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site